Chaumeil


 

L'église Saint Jacques le Majeur et Saint laurent

L’église de Chaumeil, dont les Saints Patrons sont Saint Jacques-le-Majeur et Saint Laurent possède un superbe porche gothique. Cependant, elle possède une partie plus ancienne qui remonterait au XIIIe et XIVe siècles. A noter deux anges à phylactère. Plusieurs statues, dont deux Vierges en pierre polychrome, classées et datant de la fin du Moyen-Age sont exposées dans l'édifice, ainsi qu'un retable du XVIIe siècle en noyé sculpté peint et argenté.

 

Chaumeil, patrie de l'accordéon

Chaumeil a la particularité d'être le berceau de nombreux accordéonistes, parmi eux figure notamment Jean Ségurel. Vous pourrez y visiter son musée situé au rez-de-chaussée de la Maison de Pays des Monédières. Jean Ségurel (né le 13 octobre 1908 à Chaumeil, en Corrèze, mort au même endroit le 29 décembre 1978), était l'un des plus célèbres et populaires accordéonistes, compositeur et chef d'orchestre. Il a été promu en 1968 chevalier de la Légion d'honneur par le général de Gaulle. Dix fois millionnaire du disque, auteur de plus de six cents chansons, dont la plus célèbre créée en 1936 Bruyères Corréziennes, inspirée à Ségurel par son parolier Jean Leymarie, par la bruyère particulièrement belle et fleurie sur les flancs des Monédières. Cette chanson a fait le tour du monde et il en enregistra six versions différentes sur disque tout au long de sa carrière. Celle datant de 1945 et enregistrée sur disque "Odéon" fut tirée à plus de 600 000 exemplaires, un record pour l'époque.

Fils de paysans corréziens qui, pour arrondir leurs quelques revenus avaient ouvert à Chaumeil un café-auberge, très jeune, Jean-Baptiste Ségurel, que l'on surnommait familièrement " Baptistou " montra des dispositions pour la musique, ayant lui-même confectionné un violon. Mais il connut sa plus grande joie lorsque son père lui donna vingt francs pour s'en acheter un vrai à Tulle. Il put alors accompagner ce dernier pour faire danser les gens du pays dans les bals et foires de la région. Le jeune " Baptistou " découvrit alors un instrument de musique qui était à lui seul un véritable orchestre " l'accordéon ". A son retour du service militaire en 1929, ayant décidé de devenir accordéoniste, Jean Ségurel fut remarqué par les trois frères " Maugein ".

 Il entama sa carrière de musicien en allant jouer dans des bals corréziens les jours de foire, puis dans les mariages, mais le plus souvent tout seul, la grosse caisse au pied. Dans les années 30, avec deux amis instituteurs, Jean Leymarie et Roger Faure, il monta une petite formation qui allait connaître très vite le succès : Les Troubadours Corréziens. Comme les Auvergnats, beaucoup de corréziens s'étaient expatriés à Paris dès les années vingt. Parmi eux, le couple Gervais et Antonine Goursolas, originaires de Saint-Augustin et fondateurs du groupe folklorique Les chanteurs et Danseurs Limousins de Paris. Il présentèrent Jean Ségurel à Martin Cayla, alors pionnier du folklore du Massif Central dans la région parisienne et qui avait fondé sa propre maison de disque "Le Soleil". Il est connu également pour avoir créé en 1952 la célèbre course cycliste du "Bol d'or des Monédières".

 

La vie culturelle à Chaumeil

De nombreuses manifestations culturelles, folkloriques et sportives animent le bourg durant la saison estivale : fête de la myrtille le dernier du dimanche du mois de juillet avec grande foire artisanale, vente et dégustation de la tarte géante de 21 m2 et animations diverses, stage de folklore et de danses traditionnelles en août; Bol d'Or pour tous (cyclosportive dédiée aux amateurs souhaitant suivre les traces des plus grands coureurs internationaux) et gala d'accordéon au mois d'août. Vous découvrirez également de magnifiques expositions d'art et d'artisanat local à la Maison de Pays des Monédières.

 

Le cirque de Freysselines

Classé Natura 2000, le site est remarquable par la richesse de sa faune et de sa flore. Le cirque est constitué par les flancs Sud de trois puys où subsiste encore une partie de la lande à bruyères.

 

La table d’orientation du Suc-au-May

Sommet culminant à 908 m d’altitude, il sert de relais entre Roche-de-Vic  au Sud et le Mont Bessou au Nord. La table d’orientation offre au visiteur un point de vue exceptionnel sur les villages aux alentours et sur les Monts d’Auvergne.

 

 Crédit photo : Studio Agnoux - Office de Tourisme Ventadour Egletons Monédières