Photo en plan resserrée de plusieurs myrtilles
©MARTYSHEVA HANNA
La perle bleue

La myrtille

Chaque année, la myrtille fait le bonheur des gourmands, et a trouvé, au cœur des Monédières, un environnement idéal pour être cultivée.

En Corrèze, on a déjà (presque) tous connu ce moment où, lors d’une matinée d’été, panier à la main, on part chercher ces petites baies sucrées à la couleur violacée : la myrtille.

Myrtille, vous avez dit myrtille ?

La myrtille sauvage, vaccinium myrtillus

Plus petite que sa cousine américaine, la myrtille pousse en altitude dans les landes, ou tapisse les sous-bois. Ses baies se développent sur des petits arbrisseaux ne dépassant pas les 60 cm de hauteur, elles sont d’une peau très noire et à chair rouge, et ont un gout fruité, sucré et légèrement acidulé.

La myrtille cultivée, vaccinium corymbosom

La myrtille cultivée est un véritable arbuste pouvant atteindre 2 mètres, qui porte de gros fruits bleus à la chair claire. Les baies ont un gout légèrement moins prononcé que la myrtille sauvage, mais est tout autant délicieuse.

Toutes deux sont très riche en vitamine A, B et C et contiennent de nombreux antioxydants, à consommer sans modération !

Une institution des Monédières

La fête de la myrtille

Dans le village de Chaumeil, célèbre pour son Suc-au-May et pour être le village natal de Jean Ségurel, il y a une tradition qui chaque année, réunit plus de 3000 personnes : cette tradition, c’est la Fête de la Myrtille !

À la fin du mois de juillet, Chaumeil voit les chemins de son bourg garnis de stands en tous genres : artisanats locaux, produits du terroir (miel, pain, fromage, vin), … Des animations autour de la nature et de la biodiversité et des animations déambulatoires ont aussi lieu.

Mais la fête de la Myrtille porte son nom car elle met en avant la perle bleue des Monédières : des producteurs de myrtilles sont présents et une tarte géante de plus de 1000 parts est proposée à la vente. De quoi célébrer la myrtille et la déguster sous toutes ses formes.

Nos suggestions